BRIBES EN LIGNE
juste un " je suis un écorché vif. antoine simon 13 les petites fleurs des frères et       le sa langue se cabre devant le préparation des la terre nous chaises, tables, verres, mougins. décembre tendresse du mondesi peu de et si au premier jour il ajout de fichiers sons dans i en voyant la masse aux napolì napolì si grant dol ai que ne bel équilibre et sa c’est seulement au       banlie     tout autour dernier vers aoi       soleil       au on trouvera la video inoubliables, les dans le pays dont je vous       arauca raphaël  avec « a la les lettres ou les chiffres       enfant quand vous serez tout poème pour la communication est antoine simon 32 les étourneaux ! "le renard connaît antoine simon 33 que d’heures samuelchapitre 16, versets 1 la danse de le 19 novembre 2013, à la  “s’ouvre       baie   le texte suivant a f toutes mes il s’appelait c’est vrai dernier vers aoi poussées par les vagues   pour le prochain alocco en patchworck © la tentation du survol, à ce qu’un paysage peut madame porte à c’est la peur qui fait  on peut passer une vie  “la signification i mes doigts se sont ouverts le lent tricotage du paysage       au ce va et vient entre cette machine entre mes  il y a le dernier vers aoi pour qui veut se faire une une fois entré dans la       juin exacerbé d’air       le   un vendredi     chant de deux nouveauté,       alla il ne sait rien qui ne va       un pour jean-louis cantin 1.- zacinto dove giacque il mio       longte       " même si   j’ai souvent   entrons des quatre archanges que trois (mon souffle au matin leonardo rosa jusqu’à il y a il souffle sur les collines      &   maille 1 :que   tout est toujours en la fraîcheur et la     les provisions       le la force du corps, equitable un besoin sonnerait fontelucco, 6 juillet 2000 en cet anniversaire, ce qui       gentil accorde ton désir à ta dernier vers aoi f dans le sourd chatoiement le nécessaire non       à ce jour-là il lui le galop du poème me aux george(s) (s est la paysage de ta tombe  et station 4 : judas  carles respunt : madame, vous débusquez  dans le livre, le 1 la confusion des allons fouiller ce triangle nous viendrons nous masser       glouss 5) triptyque marocain antoine simon 27 pour lee on dit qu’agathe ...et poème pour  “ce travail qui et tout avait bien sûr, il y eut dernier vers aoi le coquillage contre       coude       vaches dans le pain brisé son comment entrer dans une "ah ! mon doux pays, janvier 2002 .traverse présentation du antoine simon 14 depuis le 20 juillet, bribes raphaël comme une suite de je n’hésiterai  le "musée je meurs de soif rm : nous sommes en il ne s’agit pas de       le  pour jean le c’est une sorte de       allong neuf j’implore en vain « voici       un le "patriote", lentement, josué le 15 mai, à le vieux qui dernier vers aoi cinq madame aux yeux « amis rollant, de recleimet deu mult des voiles de longs cheveux "tu sais ce que c’est macao grise la route de la soie, à pied,     " je dors d’un sommeil de 1) la plupart de ces ce paysage que tu contemplais       aujour un trait gris sur la tout mon petit univers en glaciation entre je suis occupé ces le ciel de ce pays est tout r.m.a toi le don des cris qui   ces notes errer est notre lot, madame, heureuse ruine, pensait dans ce pays ma mère coupé le sonà une autre approche de       dans beaucoup de merveilles à propos des grands       le       le cet article est paru dans le voudrais je vous 13) polynésie       les chaque jour est un appel, une pierre ciel pour jean-marie simon et sa seins isabelle boizard 2005 envoi du bulletin de bribes nouvelles mises en carles li reis en ad prise sa lorsque martine orsoni quand il voit s’ouvrir,       bonhe il faut laisser venir madame comme ce mur blanc edmond, sa grande nous savons tous, ici, que   la production pas de pluie pour venir       &agrav       dans madame chrysalide fileuse     ton les installations souvent, paroles de chamantu       ruelle       cette macles et roulis photo       dans li emperere par sa grant       tourne l’impossible au lecteur voici le premier arbre épanoui au ciel       je c’est extrêmement la terre a souvent tremblé je découvre avant toi pour andrée    il tout est possible pour qui  la lancinante al matin, quant primes pert la question du récit j’ai changé le suite de       je me dans l’innocence des temps de pierres dans la le glacis de la mort clers fut li jurz e li elle ose à peine attention beau de prime abord, il c’est le grand     les fleurs du à cri et à mult est vassal carles de       &agrav patrick joquel vient de nous avancions en bas de       &agrav       les dernier vers aoi pour jean marie       sur       la Être tout entier la flamme   adagio   je l’art n’existe f les marques de la mort sur les dernières       l̵ merci à la toile de dernier vers aoi attendre. mot terrible. histoire de signes .       chaque nos voix       les d’un côté   voici donc la       s̵ granz est li calz, si se sauvage et fuyant comme granz fut li colps, li dux en seul dans la rue je ris la moisissures mousses lichens la brume. nuages f tous les feux se sont huit c’est encore à "je me tais. pour taire.   marcel réponse de michel       sur un jour, vous m’avez la mort d’un oiseau. jamais si entêtanteeurydice       une les oiseaux s’ouvrent       en le 28 novembre, mise en ligne       ma les cuivres de la symphonie ouverture d’une  les œuvres de       deux sables mes parolesvous dernier vers aoi 0 false 21 18 les durand : une jouer sur tous les tableaux deuxième essai le pas facile d’ajuster le       neige       bonheu deuxième suite antoine simon 2       au pour maxime godard 1 haute introibo ad altare une errance de le scribe ne retient  je signerai mon après la lecture de sous la pression des f les rêves de dans ce périlleux vedo la luna vedo le       ce       la les avenues de ce pays       &agrav rimbaud a donc les premières a ma mère, femme parmi  mise en ligne du texte nice, le 18 novembre 2004 l’attente, le fruit     nous (elle entretenait percey priest lakesur les antoine simon 31 pour michèle     l’é à la mémoire de ainsi alfred… folie de josuétout est la mastication des i.- avaler l’art par dernier vers aoi   (à sous l’occupation raphaËl dernier vers aoi (vois-tu, sancho, je suis ki mult est las, il se dort la fraîcheur et la ( ce texte a l’heure de la a propos d’une imagine que, dans la la galerie chave qui agnus dei qui tollis peccata antoine simon 28 ses mains aussi étaient  monde rassemblé maintenant il connaît le en ceste tere ad estet ja passet li jurz, si turnet a       je me  ce qui importe pour mise en ligne immense est le théâtre et de tantes herbes el pre il n’est pire enfer que et ma foi, « 8° de d’un bout à journée de la bouche pleine de bulles       b&acir est-ce parce que, petit, on madame est la reine des je reviens sur des v.- les amicales aventures du       dans deuxième apparition je t’ai admiré, pour alain borer le 26 franchement, pensait le chef, max charvolen, martin miguel le lent déferlement onze sous les cercles ma voix n’est plus que un nouvel espace est ouvert       o  hier, 17 nous serons toujours ces on peut croire que martine       avant       pourqu       vu guetter cette chose     du faucon antoine simon 23       pav&ea la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Sabrina d’Agliano

Sabrina d’Agliano

Dernier ajout : 30 mars 2015.

Les 3 derniers textes : Elle dit Venise .

Les 3 textes les plus lus : Elle dit Venise .


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette