BRIBES EN LIGNE
très saintes litanies       m&eacu     depuis       la pour mes enfants laure et g. duchêne, écriture le "je me tais. pour taire.       le       au pourquoi yves klein a-t-il carles li reis en ad prise sa onzième sauvage et fuyant comme ço dist li reis : et il fallait aller debout cette machine entre mes elle disposait d’une       glouss       neige       &eacut       sur le voici des œuvres qui, le antoine simon 26       &agrav je serai toujours attentif à effleurer le ciel du bout des si, il y a longtemps, les la vie est dans la vie. se la danse de pour raphaël       sur     cet arbre que dernier vers aoi       ( c’est un peu comme si, approche d’une quand les mots fontelucco, 6 juillet 2000  de même que les je suis celle qui trompe dernier vers aoi       à lentement, josué     sur la cinquième citationne 1) la plupart de ces tous feux éteints. des     du faucon 1 au retour au moment issent de mer, venent as       fourr& pour jean gautheronle cosmos et tout avait ce qui fascine chez lorsque martine orsoni dernier vers aoi 1257 cleimet sa culpe, si je n’ai pas dit que le le 2 juillet       longte in the country pour helmut       dans   tout est toujours en   un on croit souvent que le but depuis le 20 juillet, bribes   d’un coté,       su pour andré le passé n’est tout est prêt en moi pour décembre 2001.       " il ne sait rien qui ne va       aux allons fouiller ce triangle en 1958 ben ouvre à       coude mais non, mais non, tu ne faut-il pas vivre comme je suis passet li jurz, la noit est ils s’étaient       pav&ea f les feux m’ont on dit qu’agathe dernier vers aoi       non... non... je vous assure,       en a grant dulur tendrai puis en ceste tere ad estet ja antoine simon 20 errer est notre lot, madame, torna a sorrento ulisse torna "tu sais ce que c’est bal kanique c’est sept (forces cachées qui 13) polynésie 10 vers la laisse ccxxxii je suis bien dans  dernières mises  “... parler une station 7 : as-tu vu judas se macles et roulis photo 1 moi cocon moi momie fuseau pour julius baltazar 1 le la mort d’un oiseau.       voyage l’impossible mais jamais on ne un trait gris sur la madame déchirée   (dans le toi, mésange à "nice, nouvel éloge de la il ne reste plus que le la gaucherie à vivre,   pour olivier       madame dans l’ombre des       deux       je jusqu’à il y a 1- c’est dans seins isabelle boizard 2005 chaises, tables, verres, bernard dejonghe... depuis       je ce texte m’a été antoine simon 27 rêves de josué,       dans sixième une il faut dire les comme c’est       pour accoucher baragouiner       droite il en est des noms comme du cinq madame aux yeux mise en ligne si j’avais de son petit matin frais. je te samuelchapitre 16, versets 1 et la peur, présente la liberté s’imprime à       fleur un besoin de couper comme de villa arson, nice, du 17 monde imaginal, granz fut li colps, li dux en sculpter l’air :     rien le pendu quand nous rejoignons, en vous deux, c’est joie et deux nouveauté,       il je t’enlace gargouille arbre épanoui au ciel dieu faisait silence, mais les dessins de martine orsoni l’attente, le fruit sur la toile de renoir, les attelage ii est une œuvre dessiner les choses banales   six formes de la d’un bout à fragilité humaine. dans le patriote du 16 mars À l’occasion de première deux ce travail vous est       au violette cachéeton les lettres ou les chiffres ce n’est pas aux choses     m2 &nbs   si grant dol ai que ne       sur ce poème est tiré du ce va et vient entre quatrième essai de pour michèle gazier 1) j’aime chez pierre ensevelie de silence,       la macles et roulis photo bernadette griot vient de       sous comme une suite de madame, vous débusquez       &agrav temps de pierres dans la o tendresses ô mes f le feu m’a     quand j’ai changé le i.- avaler l’art par dernier vers aoi la galerie chave qui le grand combat :       sur certains prétendent       deux jamais si entêtanteeurydice tromper le néant   ces sec erv vre ile nous avons affaire à de       tourne       la la bouche pleine de bulles de mes deux mains agnus dei qui tollis peccata s’égarer on passet li jurz, si turnet a quant carles oït la  la lancinante       juin pour jacqueline moretti,       mouett le géographe sait tout       la tant pis pour eux.    nous nos voix tout mon petit univers en       embarq madame, on ne la voit jamais     chant de  marcel migozzi vient de       les merci au printemps des le coeur du deuxième approche de f les marques de la mort sur  au mois de mars, 1166       m̵ premier essai c’est pour egidio fiorin des mots       les  le grand brassage des soudain un blanc fauche le antoine simon 7   je n’ai jamais je t’enfourche ma et combien reprise du site avec la suite de       qui   le texte suivant a       sur temps où les coeurs noble folie de josué, 5) triptyque marocain   voici donc la  les œuvres de    de femme liseuse dans les horizons de boue, de je dors d’un sommeil de       le    au balcon a toi le don des cris qui (la numérotation des       allong       l̵ pour m.b. quand je me heurte dernier vers aoi il en est des meurtrières. a ma mère, femme parmi attendre. mot terrible.     après  l’écriture a claude b.   comme quand les eaux et les terres dernier vers aoi normal 0 21 false fal toutes sortes de papiers, sur douze (se fait terre se la légende fleurie est     double antoine simon 31  il est des objets sur paroles de chamantu tu le saiset je le vois à cri et à quatre si la mer s’est antoine simon 12  au travers de toi je le vieux qui le 26 août 1887, depuis attention beau       ruelle chairs à vif paumes la littérature de dentelle : il avait       midi   (à ce qui aide à pénétrer le la terre nous     hélas,  mise en ligne du texte     chambre edmond, sa grande le ciel est clair au travers       sur le ciel de ce pays est tout des quatre archanges que charogne sur le seuilce qui   maille 1 :que c’est extrêmement  monde rassemblé  zones gardées de branches lianes ronces diaphane est le mot (ou       pourqu       nuage       journ& et que vous dire des il s’appelait il arriva que pour jacky coville guetteurs viallat © le château de j’ai travaillé l’art c’est la « 8° de ...et poème pour je ne saurais dire avec assez deuxième apparition de merle noir  pour dernier vers aoi a la femme au carissimo ulisse,torna a comme un préliminaire la beaucoup de merveilles l’homme est       la   ces notes rien n’est plus ardu que d’heures reflets et echosla salle l’existence n’est dernier vers aoi À la loupe, il observa mon travail est une il souffle sur les collines cet univers sans dans les rêves de la dans la caverne primordiale   dits de     extraire  jésus     sur la pente le franchissement des  dans toutes les rues  les éditions de     vers le soir       magnol le texte qui suit est, bien “dans le dessin sixième pour jean-marie simon et sa une fois entré dans la derniers vers sun destre siglent a fort e nagent e descendre à pigalle, se antoine simon 30 troisième essai et sa langue se cabre devant le ma mémoire ne peut me       o       en un ecrire sur la tentation du survol, à     le mon cher pétrarque,       crabe-       reine 0 false 21 18 de toutes les mille fardeaux, mille je ne sais pas si À max charvolen et martin  les trois ensembles f j’ai voulu me pencher marie-hélène la réserve des bribes la parol

Accueil > Personnalités > Biga

Biga

Né en 1940, à Nice. Après avoir travaillé longtemps à Nantes, Daniel Biga s’est installé à nouveau à Nice.

Quatre écrivains m’ont appris ce que signifiait d’être "contemporain" de la langue française. Dans le roman, Butor et Le Clézio. En poésie : Jean-Pierre Charles et Biga.

On trouvera une note dans le Larousse en ligne, et plus d’éléments sur le site de l’Amourier


0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 230

info portfolio

Daniel Biga © Michel Durigneux Daniel Biga © Michel Durigneux
Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette