BRIBES EN LIGNE
      le ce qui fascine chez   ces notes ils avaient si longtemps, si le scribe ne retient il avait accepté portrait. 1255 : a la libération, les       baie il souffle sur les collines  “comment dernier vers que mort dernier vers aoi le lent tricotage du paysage la langue est intarissable décembre 2001. martin miguel art et  hors du corps pas carles li reis en ad prise sa il tente de déchiffrer, des voix percent, racontent heureuse ruine, pensait mille fardeaux, mille le 2 juillet je ne saurais dire avec assez carissimo ulisse,torna a       le mouans sartoux. traverse de  la toile couvre les antoine simon 10 leonardo rosa pour max charvolen 1)  de la trajectoire de ce la mort d’un oiseau. approche d’une       crabe-       pourqu edmond, sa grande a propos d’une dernier vers aoi       grappe 1- c’est dans ce n’est pas aux choses   maille 1 :que       la le ciel de ce pays est tout       l̵ archipel shopping, la ecrire les couleurs du monde i en voyant la masse aux  l’exposition  pour michèle aueret antoine simon 16 si grant dol ai que ne antoine simon 19 dernier vers aoi j’arrivais dans les       &ccedi le temps passe si vite, bientôt, aucune amarre descendre à pigalle, se pour jean-marie simon et sa     sur la avec marc, nous avons non, björg, deux ce travail vous est un homme dans la rue se prend pour angelo vous deux, c’est joie et ma mémoire ne peut me    il ouverture de l’espace    en « voici f le feu s’est       neige références : xavier       nuage pour michèle je crie la rue mue douleur se placer sous le signe de voudrais je vous avant dernier vers aoi je ne sais pas si     ton       deux       &eacut       sabots normal 0 21 false fal c’est ici, me pour nicolas lavarenne ma       pass&e titrer "claude viallat, ce jour là, je pouvais  dans toutes les rues       entre " je suis un écorché vif.  epître aux petites proses sur terre       six un jour nous avons     le cygne sur je m’étonne toujours de la  martin miguel vient pour qui veut se faire une j’ai donné, au mois max charvolen, martin miguel       apr&eg percey priest lakesur les le coquillage contre ço dist li reis : en ceste tere ad estet ja   encore une le géographe sait tout introibo ad altare « 8° de bernadette griot vient de autre citation"voui    seule au       en       au j’écoute vos       apparu antoine simon 20 poussées par les vagues       banlie (de)lecta lucta   morz est rollant, deus en ad passent .x. portes, quando me ne so itu pe et la peur, présente carcassonne, le 06 ils s’étaient     chant de régine robin, agnus dei qui tollis peccata       la merci à la toile de onzième neuf j’implore en vain       en un      & sauvage et fuyant comme beaucoup de merveilles mise en ligne d’un antoine simon 31 0 false 21 18 granz fut li colps, li dux en ainsi fut pétrarque dans le samedi 26 mars, à 15       sur i mes doigts se sont ouverts rien n’est  tous ces chardonnerets marie-hélène  dans le livre, le pour mireille et philippe travail de tissage, dans 1-nous sommes dehors.  pour de     pluie du  improbable visage pendu j’ai en réserve de tantes herbes el pre la vie humble chez les d’ eurydice ou bien de    si tout au long d’abord l’échange des a toi le don des cris qui derniers       arauca merle noir  pour antoine simon 7 en introduction à la pureté de la survie. nul le nécessaire non ensevelie de silence,       le je n’hésiterai si, il y a longtemps, les 1254 : naissance de       je    de femme liseuse le tissu d’acier buttati ! guarda&nbs sur la toile de renoir, les n’ayant pas il en est des meurtrières. pas facile d’ajuster le l’éclair me dure, troisième essai on croit souvent que le but diaphane est le mot (ou la question du récit comme c’est       bruyan (josué avait       je napolì napolì la mastication des   nous sommes       assis le franchissement des       le ils sortent juste un rm : d’accord sur c’est pour moi le premier     oued coulant f les feux m’ont merci à marc alpozzo histoire de signes . ce va et vient entre cet univers sans sables mes parolesvous marcel alocco a l’une des dernières le lourd travail des meules cher bernard   se a dix sept ans, je ne savais paien sunt morz, alquant r.m.a toi le don des cris qui dans la caverne primordiale comme une suite de       dans dernier vers aoi je t’ai admiré, la tentation du survol, à antoine simon 30 quand nous rejoignons, en dernier vers aoi 10 vers la laisse ccxxxii langues de plomba la dans le respect du cahier des reprise du site avec la       voyage 1 au retour au moment les cuivres de la symphonie j’ai travaillé dernier vers aoi branches lianes ronces   un       rampan ce qui aide à pénétrer le     extraire attendre. mot terrible. accoucher baragouiner dans le patriote du 16 mars de sorte que bientôt  née à dix l’espace ouvert au       les antoine simon 25 “le pinceau glisse sur un titre : il infuse sa raphaël la littérature de  zones gardées de le travail de bernard       va toulon, samedi 9  jésus nu(e), comme son nom même si il arriva que lu le choeur des femmes de antoine simon 9 station 3 encore il parle la poésie, à la       enfant "et bien, voilà..." dit cette machine entre mes       le lorsque martine orsoni et ma foi, grant est la plaigne e large comment entrer dans une le temps passe dans la antoine simon 15 « pouvez-vous  si, du nouveau tout le problème     tout autour       l̵ quatre si la mer s’est trois tentatives desesperees josué avait un rythme c’est un peu comme si, sous l’occupation dans ce pays ma mère  on peut passer une vie     cet arbre que dernier vers aoi elle disposait d’une dernier vers s’il c’est le grand       l̵ je rêve aux gorges le grand combat : encore la couleur, mais cette À l’occasion de j’oublie souvent et polenta tout est prêt en moi pour  les premières  la lancinante au matin du     [1]  fin première nice, le 18 novembre 2004 le lent déferlement antoine simon 2       j̵ depuis le 20 juillet, bribes quand il voit s’ouvrir, a christiane si elle est belle ? je au lecteur voici le premier dernier vers doel i avrat, mais non, mais non, tu je ne peins pas avec quoi, les lettres ou les chiffres pour ma nouvelles mises en       la   le texte suivant a je me souviens de j’ai changé le 13) polynésie     surgi (elle entretenait dans l’innocence des       object chercher une sorte de         or je découvre avant toi 0 false 21 18 s’égarer on nos voix       ...mai       la et il fallait aller debout rita est trois fois humble. pour michèle gazier 1 quand c’est le vent qui merci au printemps des très saintes litanies dernier vers aoi       sur     à l’heure de la       deux       je coupé le sonà la terre a souvent tremblé deux mille ans nous dans l’effilé de antoine simon 32 macles et roulis photo 6 cinq madame aux yeux       0 false 21 18 trois (mon souffle au matin pour egidio fiorin des mots là, c’est le sable et pas une année sans évoquer       su       le   anatomie du m et     son Être tout entier la flamme dernier vers aoi le texte qui suit est, bien folie de josuétout est af : j’entends  dernières mises je t’enfourche ma et combien       midi     une abeille de dernier vers aoi tromper le néant de prime abord, il premier essai c’est et que vous dire des il n’y a pas de plus granz est li calz, si se dans les écroulements dernier vers aoi effleurer le ciel du bout des la parol

Accueil > Personnalités > Cochard

Cochard

Frédéric Cochard. Né à Nice en 1961. Vit et travaille à Nice.

Pour plus d’informations voir son site personnel

Et dans ces Bribes :


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette