BRIBES EN LIGNE
      &agrav macao grise à cri et à cher bernard aux barrières des octrois       tourne madame est la reine des avant dernier vers aoi "le renard connaît le coeur du 1 au retour au moment Ç’avait été la f tous les feux se sont le numéro exceptionnel de lu le choeur des femmes de   ces sec erv vre ile tu le saiset je le vois jamais je n’aurais voici des œuvres qui, le     l’é « amis rollant, de       l̵       paysage de ta tombe  et rêve, cauchemar, f les feux m’ont ici. les oiseaux y ont fait rm : d’accord sur mes pensées restent   un le géographe sait tout       six antoine simon 19    nous       sur la question du récit       la pas même quel ennui, mortel pour qu’est-ce qui est en   que signifie les parents, l’ultime       sur à sors de mon territoire. fais merci à marc alpozzo li quens oger cuardise d’un bout à pour nicolas lavarenne ma sa langue se cabre devant le passet li jurz, si turnet a au matin du chaque automne les       enfant les amants se a claude b.   comme       le     double       et c’est pour moi le premier   ces notes tromper le néant f les marques de la mort sur je n’hésiterai   je ne comprends plus deux mille ans nous des voiles de longs cheveux a ma mère, femme parmi dernier vers aoi ses mains aussi étaient les plus vieilles deuxième essai il pleut. j’ai vu la       alla ço dist li reis : les premières pour martine encore la couleur, mais cette antoine simon 14 temps de pierres il est le jongleur de lui   pour théa et ses on dit qu’agathe pour helmut pour jean-marie simon et sa après la lecture de preambule – ut pictura carles li reis en ad prise sa la rencontre d’une       les    7 artistes et 1 troisième essai nice, le 18 novembre 2004 écoute, josué, chercher une sorte de se reprendre. creuser son jouer sur tous les tableaux dernier vers aoi chairs à vif paumes  née à madame a des odeurs sauvages les doigts d’ombre de neige pour michèle gazier 1  je signerai mon       &eacut noble folie de josué, derniers le passé n’est apaches : ce constellations et dernier vers que mort ainsi fut pétrarque dans j’oublie souvent et bel équilibre et sa ce paysage que tu contemplais       &agrav     les fleurs du       un       allong ne pas négocier ne la lecture de sainte et encore  dits beaucoup de merveilles le ciel est clair au travers pas sur coussin d’air mais  de la trajectoire de ce       en le scribe ne retient se placer sous le signe de toutefois je m’estimais il existe au moins deux bien sûr, il y eut g. duchêne, écriture le l’attente, le fruit on croit souvent que le but antoine simon 16   (dans le si j’étais un mille fardeaux, mille       il     de rigoles en       jardin       marche dernier vers aoi f le feu m’a des voix percent, racontent   saint paul trois vous êtes       embarq   pour olivier un besoin de couper comme de les durand : une onzième franchement, pensait le chef, immense est le théâtre et       je me que d’heures quelque chose nous avancions en bas de pour robert de profondes glaouis       bonhe la poésie, à la il faut laisser venir madame     oued coulant À l’occasion de la chaude caresse de pur ceste espee ai dulor e trois tentatives desesperees ce 28 février 2002. douze (se fait terre se       s̵ sept (forces cachées qui sauvage et fuyant comme autres litanies du saint nom antoine simon 6       la glaciation entre       sur       magnol       &agrav d’ eurydice ou bien de temps de cendre de deuil de l’ami michel et nous n’avons rien le geste de l’ancienne, une fois entré dans la l’éclair me dure, jusqu’à il y a     " arbre épanoui au ciel   marcel antoine simon 21 quand nous rejoignons, en dans ce pays ma mère ce monde est semé c’est la distance entre normalement, la rubrique   entrons les oiseaux s’ouvrent a l’aube des apaches, et  riche de mes deuxième apparition de quand les mots ouverture de l’espace "je me tais. pour taire. au commencement était Être tout entier la flamme   la baie des anges       la 7) porte-fenêtre dimanche 18 avril 2010 nous       pav&ea 1-nous sommes dehors. la mort d’un oiseau.       que  au mois de mars, 1166 carissimo ulisse,torna a     le cygne sur lorsque martine orsoni ( ce texte a       le troisième essai et carissimo ulisse,torna a       fourmi le franchissement des cet article est paru dans le f le feu s’est cinquième citationne ma mémoire ne peut me  dernières mises il aurait voulu être il avait accepté sur l’erbe verte si est dernier vers aoi tout à fleur d’eaula danse dernier vers aoi       pour m.b. quand je me heurte 0 false 21 18  les premières portrait. 1255 :       j̵ reflets et echosla salle       sur je t’ai admiré, j’aime chez pierre rêves de josué, les grands j’ai travaillé le lourd travail des meules tendresses ô mes envols attelage ii est une œuvre pour daniel farioli poussant dans le respect du cahier des dernier vers s’il au programme des actions rien n’est n’ayant pas pour anne slacik ecrire est aucun hasard si se quant carles oït la attendre. mot terrible. religion de josué il  monde rassemblé madame dans l’ombre des       le cinq madame aux yeux dernier vers aoi …presque vingt ans plus dernier vers aoi traquer chaque jour est un appel, une le "patriote", 13) polynésie       neige       juin prenez vos casseroles et 5) triptyque marocain antoine simon 31 lentement, josué       qui dernier vers aoi de soie les draps, de soie et que dire de la grâce       le ecrire les couleurs du monde     faisant la       ce pour michèle aueret   le texte suivant a       "       l̵ et je vois dans vos démodocos... Ça a bien un       b&acir la mastication des marcel alocco a encore une citation“tu couleur qui ne masque pas pour julius baltazar 1 le certains prétendent sixième ce poème est tiré du       dans madame est une torche. elle madame, on ne la voit jamais c’est le grand régine robin, approche d’une  “s’ouvre ils s’étaient la mort, l’ultime port,    en nous savons tous, ici, que j’ai en réserve "si elle est c’est ici, me bribes en ligne a deuxième approche de       gentil générations je désire un les routes de ce pays sont de la tout le problème merle noir  pour pas une année sans évoquer la vie est dans la vie. se 0 false 21 18 ce texte m’a été je t’enlace gargouille pour martine, coline et laure ce qu’un paysage peut dernier vers aoi elle disposait d’une   au milieu de deux ce travail vous est la réserve des bribes à la mémoire de       la pie la bouche pleine de bulles j’entends sonner les a grant dulur tendrai puis et…  dits de       pourqu a christiane madame chrysalide fileuse       fleur rien n’est plus ardu     vers le soir sculpter l’air :   la production pour andrée   nous sommes       il je suis       au la fraîcheur et la ma voix n’est plus que clers fut li jurz e li       dans       " les étourneaux !  tous ces chardonnerets à bernadette       au       au       crabe- ...et poème pour et si au premier jour il de prime abord, il il tente de déchiffrer, la deuxième édition du dernier vers aoi       et tu       longte introibo ad altare       le   jn 2,1-12 : dans ce périlleux     une abeille de pour bribes en ligne a assise par accroc au bord de  mise en ligne du texte le 28 novembre, mise en ligne "pour tes       voyage       deux     cet arbre que   j’ai souvent toutes sortes de papiers, sur la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CXXV | CXXVII ->
CXXVI

Clefs : citations , langue

à propos
“La définition maintenant classique de la communication comme “échange verbal entre un sujet parlant qui produit un énoncé, et un interlocuteur dont il sollicite écoute et réponse implicite ou explicite (selon le type d’énoncé)” d’une part est, et se reconnaît, définition subjective, d’autre part se fonde sur la tautologie qui revient à dire : “on appelle situation de communication une situation dans laquelle deux individus communiquent”. On ne saurait dès lors espérer, à partir d’une telle définition, qu’un développement tautologique : reconnaissant, dans le fait que deux individus peuvent communiquer, l’existence et le fondement de la communication, on se borne à en reconnaître -à en décrire moins qu’à en définir- les éléments : code, contact, contexte, message et deux interlocuteurs. Dès lors, il est licite de faire peser les doutes les plus grands sur toute une série de conséquences. Se trouve, par exemple, soumise à caution la série des fonctions du langage simplement définie par la centration plus ou moins nette sur l’un ou l’autre des éléments ci-dessus énumérés, l’importance ou le statut qu’on leur accorde dans les diverses formes que peut prendre un acte de communication, défini trop nettement, ou trop exclusivement, comme un acte intersubjectif.
Définir la communication reviendrait plutôt à rechercher ce qui rend justement possible ce type de contact particulier entre les individus d’une espèce bien particulière la fonction que remplit ce contact dans le tissu des relations entre les individus, ou les groupes d’individus, de cette espèce, et appeler alors “communication” tout contact qui remplit cette fonction, naît des mêmes nécessités, implique et développe les mêmes possibilités.
La communication n’est pas l’une des activités possibles de nos formations sociales, elle est ce par quoi nos formations sociales sont possibles ; elle est ce qui
permet l’appropriation des objets de la formation par chacun de ses individus ; ce par quoi se réalisent, s’objectivent, les rapports sociaux, ce par quoi, immanquablement, passe leur transformation.”

AOI
©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette