BRIBES EN LIGNE
passet li jurz, la noit est       la pie comme un préliminaire la il tente de déchiffrer, pour qui veut se faire une onze sous les cercles il pleut. j’ai vu la       je crie la rue mue douleur je t’ai admiré, franchement, pensait le chef, pour jacqueline moretti, dimanche 18 avril 2010 nous j’entends sonner les rita est trois fois humble. on préparait pour le prochain basilic, (la je n’ai pas dit que le antoine simon 9 le plus insupportable chez l’heure de la       la (josué avait lentement pour m.b. quand je me heurte le geste de l’ancienne, je t’enlace gargouille imagine que, dans la       en dernier vers aoi   nous sommes j’ai perdu mon la bouche pure souffrance alocco en patchworck © f tous les feux se sont antoine simon 6 certains soirs, quand je troisième essai       dans     au couchant       qui et que vous dire des la route de la soie, à pied, ils s’étaient poussées par les vagues le lent déferlement tes chaussures au bas de       le       pass&e trois tentatives desesperees pour julius baltazar 1 le dernier vers aoi     &nbs exode, 16, 1-5 toute À max charvolen et martin en introduction à antoine simon 15 af : j’entends       le samuelchapitre 16, versets 1 il n’était qu’un 0 false 21 18       dans nous savons tous, ici, que       pour de pa(i)smeisuns en est venuz démodocos... Ça a bien un "la musique, c’est le ouverture d’une deuxième polenta       &agrav       une la vie est ce bruissement là, c’est le sable et r.m.a toi le don des cris qui  un livre écrit       aux  il est des objets sur  tous ces chardonnerets j’ai donné, au mois  le "musée entr’els nen at ne pui suite de il y a tant de saints sur  le livre, avec fin première c’est le grand la rencontre d’une violette cachéeton saluer d’abord les plus     hélas,       m̵ ma voix n’est plus que  tu vois im font chier       sur monde imaginal, on a cru à ses mains aussi étaient je m’étonne toujours de la 5) triptyque marocain ce le nécessaire non non, björg, soudain un blanc fauche le dans ma gorge (vois-tu, sancho, je suis deux mille ans nous après la lecture de a dix sept ans, je ne savais       sur madame dans l’ombre des  au mois de mars, 1166 granz fut li colps, li dux en       dans ouverture de l’espace je n’hésiterai dentelle : il avait je serai toujours attentif à  le grand brassage des       rampan coupé en deux quand du fond des cours et des un titre : il infuse sa       aujour antoine simon 29 o tendresses ô mes       la tout est possible pour qui moi cocon moi momie fuseau ce qui fait tableau : ce quand vous serez tout il faut aller voir il existe au moins deux f le feu s’est à propos des grands             glouss il y a des objets qui ont la nice, le 30 juin 2000       deux       au avec marc, nous avons       la tous feux éteints. des pour jean-marie simon et sa     après le passé n’est assise par accroc au bord de zacinto dove giacque il mio j’oublie souvent et avant dernier vers aoi pure forme, belle muette, pour frédéric à la mémoire de sept (forces cachées qui en 1958 ben ouvre à       &n    regardant       le la chaude caresse de       juin   la production       fourmi si elle est belle ? je la fonction, dernier vers aoi pour michèle raphaËl de mes deux mains station 1 : judas coupé le sonà et la peur, présente dernier vers aoi agnus dei qui tollis peccata dernier vers aoi sables mes parolesvous "nice, nouvel éloge de la quand les mots ma mémoire ne peut me     une abeille de temps de pierres dans la       vaches 1257 cleimet sa culpe, si À la loupe, il observa 1254 : naissance de deux nouveauté,       parfoi       enfant madame est une  née à petit matin frais. je te beaucoup de merveilles quelques textes   anatomie du m et       dans       l̵       devant rien n’est plus ardu       p&eacu deux ce travail vous est printemps breton, printemps d’abord l’échange des la liberté de l’être karles se dort cum hume antoine simon 26 dernier vers que mort toulon, samedi 9 effleurer le ciel du bout des journée de il avait accepté     pourquoi       dans la mastication des merci à marc alpozzo pierre ciel       six il arriva que le texte qui suit est, bien face aux bronzes de miodrag les oiseaux s’ouvrent s’égarer on on peut croire que martine ce n’est pas aux choses bel équilibre et sa envoi du bulletin de bribes dans l’effilé de je ne saurais dire avec assez les durand : une si tu es étudiant en moisissures mousses lichens   saint paul trois …presque vingt ans plus dans les hautes herbes langues de plomba la ainsi va le travail de qui pour daniel farioli poussant on trouvera la video       sur jamais si entêtanteeurydice       le       voyage vedo la luna vedo le ce texte se présente merle noir  pour iv.- du livre d’artiste eurydice toujours nue à leonardo rosa  ce mois ci : sub   adagio   je "ces deux là se cinq madame aux yeux antoine simon 11 0 false 21 18 l’illusion d’une arbre épanoui au ciel la mort d’un oiseau.    seule au l’impossible pour michèle aueret 1-nous sommes dehors. dernier vers aoi     d’un coté,       la inoubliables, les écrirecomme on se toutes sortes de papiers, sur pur ceste espee ai dulor e je me souviens de       la dans les carnets ne pas négocier ne       dans l’art c’est la       le 1. il se trouve que je suis (dans mon ventre pousse une    tu sais pour egidio fiorin des mots si grant dol ai que ne nous serons toujours ces antoine simon 3     pluie du       soleil antoine simon 33 dernier vers aoi me essai de nécrologie, j’écoute vos epuisement de la salle,       la station 4 : judas       &       le il semble possible clquez sur "l’art est-il au labyrinthe des pleursils       arauca       sur le       banlie je meurs de soif apaches : antoine simon 5       dernier vers aoi       dans  pour de       dans régine robin, ce 28 février 2002. nous avons affaire à de dernier vers aoi lu le choeur des femmes de       d&eacu  avec « a la f le feu s’est de l’autre c’est seulement au nouvelles mises en equitable un besoin sonnerait si, il y a longtemps, les       &ccedi le 26 août 1887, depuis le samedi 26 mars, à 15 c’est la chair pourtant autre citation elle réalise des grant est la plaigne e large "pour tes  pour le dernier jour pluies et bruines, marché ou souk ou il en est des meurtrières. trois (mon souffle au matin sauvage et fuyant comme l’impression la plus       le   pour le prochain (ô fleur de courge... quando me ne so itu pe antoine simon 24 ma voix n’est plus que a l’aube des apaches, j’ai relu daniel biga, deuxième essai       b&acir  il y a le Ç’avait été la       apr&eg dix l’espace ouvert au macao grise       fleur       ma tandis que dans la grande       l̵ un soir à paris au sur la toile de renoir, les prenez vos casseroles et autres litanies du saint nom une errance de un temps hors du       m̵       vu   six formes de la       la dans les rêves de la       quinze       nuage       deux ce qui fascine chez     chambre il s’appelait douze (se fait terre se       magnol et je vois dans vos bernard dejonghe... depuis tout en travaillant sur les et voici maintenant quelques un verre de vin pour tacher   marcel “le pinceau glisse sur aucun hasard si se madame a des odeurs sauvages buttati ! guarda&nbs       grappe le "patriote",       le c’est vrai (la numérotation des au matin du les cuivres de la symphonie la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > VOLUME 5
<- CXXXVIII | CXL ->
CXXXIX

Première publication : 17 décembre 2008

Clefs : Josué , Ulysse , citations , mort


Intendo... Intendo ! Carthage, fille de Tyr, tu regardes de loin l’Italie et les bouches du Tibre. Intendo chiamare li fedeli d’amore per quelle parole di Geremia Profeta che dicono “O uos omnes qui transitis per uiam, attendite et uidete si est dolor sicut dolor meus” Le souvenir de Didon sur son bucher brûlant. Quel feu ? O voi che per la via d’amore passate, attendete e guardate s’elli è dolore alcun quant’il mio grave ; e prego sol ch’audir mi sofferiate, e poi imaginate, s’io son d’ogni tormento ostale o chiave. Quel feu ? Deux lieux prennent le nom de “El Hamma” de part et d’autre du Chott el Djerid, désert de sel et de mirages. O vous qui passez par le chemin, regardez et voyez s’il est une douleur pareille à la douleur dont Yavhé m’a frappé au jour de sa brûlante colère. Iris l’a déliée de son corps. Serai-je ainsi toujours poursuivi par l’image des doubles ? La grande mosquée, les chants et les textes. Et depuis son absence emplit l’air de Carthage. Ne più mai toccherò le sacre sponde ne mai più sacre sponde ove il mio corpo fanciulletto giacque. De tes cheveux aux ongles de tes orteils femme, c’est aussi la danse frêle des yeux noirs. Les murailles de Sfax, les portes de Sfax, les ruelles de Sfax... tout est à lire. De tes ongles à la pointe de tes seins, Femme, c’est toujours ces mêmes regards. Mosquée de Sidi Uqba. Deux fois millénaire présence de mon peuple (dit Dieu). Et Virgile le Romain… La brûlante de part et d’autre du désert ne se distingue que par le nom. Minaret à trois étages... Au dessous du niveau de la mer, de Tozeur à Djerid c’est la malédiction du sel. Elle est de Djerba d’un côté, et du Palmier de l’autre.. Lotophages, qui, pour nourriture ont des fleurs. J’ai vu un poivrier, arbre aux petites feuilles vert timide, découpant des rameaux pendants. (Puis le souk ouvert, fermé, odeurs, mouvements, plaisirs du commerce ; lieu où peuvent dialoguer Ulysse et Josué.) La complainte du sort, les revers de la fortune aussi changeante que la lune. La palmeraie a ses jardins, à trois étages. La mosaïque est bien à l’image du peuple. Je dis : “Chronographie” : m’inscrire de façon plus lucide dans le même type de relation du temps et d’occupation de l’espace physique d’écriture, parvenir à plus de souplesse dans le tressage des textes, élargir les rapports entre dedans et dehors, ici et ailleurs, art et vie quotidienne. Je marche et chaque chêne m’est connu. Naples, Nàpoli, le souvenir de Neapolis, c’est le mot. Tu es Fortune tout comme la lune tantôt tu enfles tantôt tu décrois instable lune instable sort pleurez avec moi qui suis déjà mort. AOI

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette